Une nouvelle initiative permet aux Néo-Brunswickois de recycler les appareils sans fil

FREDERICTON (CNB) – Le 9 avril 2009 –Les Néo-Brunswickois peuvent maintenant recycler les appareils sans fil grâce au programme Recycle mon cell géré par l’Association canadienne des télécommunications sans fil (ACTS).

Le ministre de l’Environnement, Roland Haché, et le président et chef de la direction de l’ACTS, Bernard Lord, en ont fait l’annonce aujourd’hui à Fredericton.

« J’invite les Néo-Brunswickois à profiter pleinement de ce programme d’avant-garde, a indiqué M. Haché. Au lieu de jeter leur vieux téléphone cellulaire dans un tiroir ou aux ordures, ils devraient aller à www.Recyclemoncell.ca pour en savoir plus sur la manière de recycler leurs appareils. Profiter de ce programme, c’est aider à réduire les déchets qui aboutissent chaque année dans les sites d’enfouissement. »

Ce programme a pour but de réduire la quantité de téléphones cellulaires et d’autres appareils sans fil du genre qui se retrouvent dans les sites d’enfouissement de la province. Tous les appareils pourront être remis en état ou recyclés pour la fabrication d’autres produits.

« Nos partenaires de l’industrie des communications sans fil gèrent bon nombre de programmes de recyclage depuis longtemps et avec beaucoup de succès, a expliqué M. Lord. Nous étions certains que la création d’un centre névralgique ne pourrait qu’aider à augmenter les taux de recyclage pourtant déjà impressionnants. Au nom de l’industrie, je souhaite la bienvenue aux Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises dans ce nouveau partenariat destiné à mieux protéger l’environnement et à enrichir nos communautés. »

Cette initiative gratuite informe les Néo-Brunswickois des endroits où ils peuvent recycler les téléphones cellulaires et autres appareils connexes tels que les cartes d’appel, piles et chargeurs, peu importe leur état, le fournisseur de service ou la marque.

Une fois l’appareil reçu à un point de récupération ou par la poste, il est envoyé à un centre de recyclage où il peut être remis en état ou démantelé pour ses composants. Les profits de la vente des téléphones remis en état et des matières obtenues sont distribués à de nombreux organismes de bienfaisance nationaux et locaux, notamment le Fonds mondial pour la nature, Arbres Canada et les banques alimentaires du Nouveau-Brunswick.

« Je félicite l’ACTS et son président et chef de la direction de promouvoir la responsabilité des entreprises dans la gérance de l’environnement. Le gouvernement est très encouragé de voir le leadership de l’industrie des communications sans fil dans la gestion de ses déchets, et il appuie cette démarche. Le reste de l’industrie de l’électronique devrait imiter cette initiative volontaire et proactive », a conclu M. Haché.

PERSONNES-RESSOURCES :
Jennifer Graham, communications, ministère de l’Environnement, 506-453-3700
Marc Choma, Association canadienne des télécommunications sans fil, 613-233-4888, poste 207

– 30 –